Santé bucco-dentaire – Halte stanoise pour le bus dentaire

Depuis 2020, un cabinet dentaire mobile sillonne les écoles de Seine-Saint-Denis et mène, des actions de dépistage et de premiers soins.

Six écoles ont accueilli ce bus pour la santé bucco-dentaire de leurs élèves. Une action qui s’ajoute à celles menées par la ville tout au long de l’année. © Julien Ernst

À Stains, il faisait étape, le 24 mars dernier, au sein du groupe scolaire Hugo-Zola. Stains Actu a joué les « petites souris » …

Dans la salle d’attente du bus dentaire, Mounira, 7 ans, élève de l’école primaire Victor-Hugo, attend patiemment son tour et glisse timidement : « Non, ça va, je n’ai pas trop peur… ». Ce jeudi 24 mars, le bus de couleur verte siglé « Ici, le Département prend soin de vos dents » avait posé ses roues dans l’enceinte du groupe scolaire Hugo-Zola, avec au programme sept passages d’élèves sur le fauteuil du dentiste Jérémie Bazart.

La semaine précédente, une opération de dépistage avait permis de « cibler les enfants qui avaient le plus besoin de soins et n’avaient jamais vu un dentiste », explique le praticien habitué à sillonner la Seine-Saint-Denis dans ce cabinet mobile tout confort. À Stains, quatre écoles primaires (Hugo, Zola, Apollinaire et Joliot-Curie) et deux maternelles (Joliot-Curie et Guy-Moquet) étaient concernées par le passage de ce bus mis en service en 2020 par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Un renfort utile aux actions également menées par l’équipe de prévention bucco‐dentaire et nutrition de Stains qui, grâce à ses « visites de cabinets », familiarise régulièrement les enfants avec l’existence du dentiste et la nécessité d’une bonne hygiène bucco-dentaire.

Car, en Seine-Saint-Denis, la moindre fréquentation des cabinets dentaires par les plus jeunes est une réalité sociale. « Une situation qui est aussi due au fait que le 93 est le département avec le moins de dentistes en Île-de-France, complète Jérémie Bazart, avec seulement 50 praticiens pour 100 000 habitants, contre 140 à Paris. Donc, le travail fait par ce bus est une vraie nécessité. »

Et ce premier contact avec le dentiste, outre l’acte de soins, permet à certains enfants d’apprendre à dompter leur peur du praticien. « Certains, c’est vrai, arrivent dans le bus en ayant vraiment peur », raconte Rahma, animatrice scolaire à Victor-Hugo chargée d’accompagner les enfants de leur classe jusqu’au bus dentaire.

Une frousse vite dissipée. Très pédagogue, Jérémie Bazart explique ainsi à Mounira qu’elle doit « mieux se laver les dents pour éviter la petite carie qu’on va soigner maintenant. Mais, tu verras, tu ne sentiras rien, je vais l’endormir avec un produit à la cerise… »

Seul hic, Mounira n’aime pas le goût un peu spécial de l’anesthésiant fruité : « C’est vraiment pas bon ! » Un moindre mal puisqu’elle retournera en classe avec le sourire…

• FRED LAURENT

Voir aussi

risus libero. neque. in ut id dapibus quis, non odio elit.