Mobilisation – Voici comment Carrefour « remercie » nos héros

Samedi 24 avril, ils ont fait l’actu locale. Dans les jours qui viennent, ils promettent d’intensifier leur mobilisation. Ils, ce sont les 277 salariés de Carrefour Stains, qui sont en première ligne depuis le début de la crise sanitaire.

Une délégation de syndiqués est venue tout expliquer à Stains actu pour informer les Stanois sur leur combat. Rencontre.

Mobilisation - Voici comment Carrefour « remercie » nos héros - Ville de Stains

«Choc », « Dégoût », « Tristesse », la délégation de femmes et d’hommes qui s’installe à la rédaction de Stains actu n’ont que ces mots à la
bouche. « Nous avons reçu un coup de massue inattendu le 15 avril en apprenant que notre hypermarché, celui des Stanois, faisait partie des 47 magasins Carrefour concernés par un passage en location gérance. Aujourd’hui encore, la direction nous fait croire que ce n’est qu’un projet mais c’est faux ». Cette méthode est devenue régulière ces dernières années au sein de ce groupe qui a confié dans la presse que « l’objectif est de réformer le modèle de certains de nos magasins afin qu’ils puissent retrouver une dynamique de croissance ».

À Stains, ce n’est pas ce genre de problèmes qui sont évoqués par les syndiqués FO et CGT… Mais l’enseigne de Stains fait bien partie de ce plan.

« Nous sommes tous dans le même bateau, unis, sans étiquette et soutenus par le syndicat des cadres ». Samedi, « nous étions quasiment tous en grève. 95% des collaborateurs. Le maire, la députée et plusieurs élus nous ont témoigné de leur soutien, ça rebooste ! Mais ce qui nous a aussi beaucoup touché, c’est celui des clients. Ils sont comme nous. Nous connaissons 80% de nos clients. Nous leur parlons, on se reconnait, on a des liens… Nous sommes beaucoup d’anciens dans ce magasin. Nous y sommes attachés. L’appel de notre direction à des
stagiaires pour casser notre grève a démontré que nous exercions de véritables métiers qui ne s’improvisent du jour au lendemain. »

Des métiers menacés selon les syndiqués. « On sait qu’on nous demandera d’être polyvalent. Mais une caissière n’a pas à faire de la mise en rayon ou le travail d’un boucher ! » Les syndiqués savent aussi ce qui s’est passé dans les autres magasins qui sont aujourd’hui en location gérance. Ils osent contacter, ils ont des téléphones et savent se déplacer. Ils sont beaux, vrais et quand ils prononcent les mots qui suivent le coeur ne peut que se serrer. « 15 à 20 % de suppressions de poste, horaires chamboulés, avantages supprimés, fiches de poste réinventées… ».

« DE HÉROS À VICTIMES »

« On a été solidaires et courageux depuis le début de la crise sanitaire, et notre remerciement est celui-là ? » « Nous sommes passés de héros de la première ligne à victimes. Ça ne se passera pas comme ça ! » « Nous, on n’a plus rien à perdre, » s’adressent-ils d’une même voix au groupe Carrefour, lui, l’un des « gagnants » de cette période morose pour la plupart des Français qui ont uniquement le droit de travailler et de faire leurs courses depuis des semaines. « On sait être combattifs, on l’est et on le sera jusqu’au bout », « nous tenions à expliquer tout cela aux Stanois et à les remercier pour leur soutien. » Stains actu suivra cette mobilisation.

• CAROLE SAPIA

Voir aussi

dolor Nullam Aenean elit. consectetur risus. ut diam tempus efficitur. elementum dolor.