Interview du Maire Azzédine Taïbi – « Engagés et mobilisés pour une belle rentrée scolaire et solidaire « 

Stains Actu a rencontré le maire Azzédine Taïbi afin d’évoquer le programme de la rentrée : reprise scolaire, soutien et accompagnement de la population, pass sanitaire… Tour d’horizon de l’actualité locale.

Interview du Maire Azzédine Taïbi - "Engagés et mobilisés pour une belle rentrée scolaire et solidaire " - Ville de Stains

L’été a été ponctué de nombreux rendez-vous, quelle est votre première impression ?

Nous avons eu de bons retours ! Avec les services municipaux, nous avons eu à cœur de faire profiter un maximum de Stanois. C’est pourquoi par exemple, nous avons multiplié l’offre des séjours. 990 enfants ont ainsi pu partir gratuitement cet été, soit 300 de plus que l’été dernier et ce, malgré que le centre de Jard-sur-mer soit en rénovation. Les familles ont également pu profiter de quelques jours de vacances avec nos trois Maisons pour tous. J’ai pu me rendre sur quelques sites avec mes collègues élu-es et, à chaque fois, j’y ai vu des enfants et des jeunes joyeux, mais également des familles heureuses.

Et en ville ?

Malgré le contexte sanitaire, nous avons maintenu la base de loisirs et les activités ludiques et sportives dans les quartiers. Ce qui m’a particulièrement étonné, c’est l’effervescence des fêtes de quartier. C’était super ! C’était un sacré défi d’organiser une fête dans neuf quartiers à la place de la traditionnelle fête de la ville, qui réunit de nombreux habitants, et que nous n’avons pas pu maintenir à cause des protocoles sanitaires. Mais les équipes et les associations l’ont fait admirablement et les Stanois ont répondu présent.

Ils sont venus de tous les quartiers. Il y a sûrement eu le besoin de respirer, de revoir du monde mais c’est, je pense, aussi grâce à notre tissu associatif très solide et engagé aux côtés des Stanois. Nous réfléchissons déjà à reproduire ce concept dès l’année prochaine. Cette période de l’été, du droit aux vacances et aux loisirs, est un moment important pour bien préparer la rentrée scolaire.

Justement, ce jeudi c’est la rentrée des classes pour 5260 élèves dans les écoles primaires de la ville. Des travaux ont été menés, comme chaque année, et une nouvelle école, Lucie Aubrac, ouvre…

Oui, nous avons réalisé des travaux dans plusieurs écoles. C’est l’école Joliot-Curie qui, cette année, a eu la plus grosse rénovation. Il y a toujours des interventions à mener dans notre patrimoine scolaire. Cette année encore, nous y avons investi près d’1 million d’euros. Les agent-es des services municipaux se sont démenés pour que chaque élève puisse rentrer dans sa classe dans les meilleures conditions.

Quant à l’ouverture du groupe scolaire Lucie Aubrac, j’en suis ravi et c’est une grande fierté. Je pense que les enfants, les familles et les enseignants le seront aussi quand ils vont découvrir la nouvelle école.

D’autre part, le département nous a confirmés la construction du futur gymnase Fatima Bedar, que nous attendions depuis longtemps. L’objectif est de poser la première pierre, le 17 octobre prochain. Nous attendons également que le département confirme la construction d’un 4 ème collège sur notre ville.

Pour cette rentrée, la ville distribue de nouveau des kits de fournitures scolaires et annonce un nouveau dispositif, celui de l’aide aux devoirs, pourquoi ces décisions ?

Pour les kits de rentrée, nous avons été une des premières villes en Seine-Saint-Denis à le faire dès l’année dernière. C’était inscrit dans notre programme d’action municipale mais on l’a déployé plus rapidement que prévu car c’était devenu une priorité vu le contexte. Depuis,
d’autres villes nous ont emboité le pas et c’est une bonne chose pour les familles de nos villes populaires.

Il y a des familles qui sont à l’euro près. Il faut tout faire pour que nos enfants réussissent. C’est tout le sens de la solidarité à l’échelle communale et non de l’assistanat comme certains pourraient le prétendre. Un enfant, qui grandit avec des images de solidarité, s’en souviendra toute sa vie.

Et cette année, nous démarrons également l’aide aux devoirs gratuite que la ville financera seule. Des enfants ont décroché à cause de cette crise Covid. On ne peut pas les abandonner. Je ne peux pas fermer les yeux, c’est de notre devoir de tout faire pour lutter contre l’échec scolaire.

Justement, nous sommes toujours en pleine crise sanitaire, où en est-on de la campagne de vaccination en ville ?

On a dû batailler pour obtenir un centre de vaccination, mais on l’a eu et depuis fin avril, il fonctionne très bien. Nous avons aussi obtenu des vaccinations au cœur des quartiers sans rendez-vous. Mais, j’entends qu’il va falloir une 3e dose pour certains et qu’il va falloir vacciner nos collégiens.

Je constate que nous allons, encore une fois, devoir nous débrouiller seuls et nous battre. Surtout, quand je vois les chiffres pour les moins de 20 ans… Notre jeunesse n’est pas vaccinée, ce qui amène à un autre véritable sujet dont j’aurai l’occasion d’aborder avec le nouveau préfet.

Celui du pass sanitaire ?

Celui du pass sanitaire ? Exactement. Le pass sanitaire ce n’est pas le même débat que la vaccination. La vaccination doit être facile d’accès, proposée au plus grand nombre et doit rester gratuite. La ville est dans l’obligation de respecter le cadre légal qui impose le pass sanitaire
dans les salles de spectacle, pour le sport même en plein air, pour les réunions publiques, etc. On va donc s’adapter, mais je tirerai la sonnette d’alarme si cette loi amplifie encore les inégalités dont nous sommes déjà victimes.

Le pass ne doit pas mettre en péril la continuité de l’enseignement par exemple. Je ne fermerai pas les yeux là-dessus non plus. Le plus important est de garantir la santé des personnes. Des dispositions superflues ou inadaptées qui fracturent davantage, ce n’est pas acceptable. Car ici, il est question d’atteinte à la liberté. Ne pas autoriser un enfant à aller à l’école, c’est discriminer un enfant. Alors oui, je pourrais me lever vent debout sur ce sujet sur lequel j’ai des réserves.

D’autres sujets vous inquiètent ?

Oui. La crise sanitaire a laissé et laissera encore des traces sociales et économiques. J’ai rencontré beaucoup de salariés, d’entrepreneurs et artisans stanois qui ont perdu leur emploi. J’entends le décrochage scolaire d’enfants, sans oublier nos seniors qui se sentent de plus en plus isolés.

Même s’il faut des réponses au niveau national, on se doit, au niveau local, quand c’est possible, d’apporter des réponses concrètes d’accompagnement social et de soutien. Nous continuerons sans relâche. Par exemple, la ginguette proposée aux seniors le week-end dernier a été un beau moment. Je me suis même engagé à la renouveler. Revenir aux fondamentaux simples de vivre ensemble et de partage, ça fait du bien à tout le monde.

Votre combat pour l’égalité reste donc d’actualité ?

Bien évidemment. Je défends l’égalité républicaine. Et quand on parle d’égalité, il faut ne pas opposer les uns aux autres. Au contraire, il faut promouvoir la solidarité pour tous et à toutes les catégorie sociales, surtout celles qui sont plus touchées par les inégalités.

La solidarité, c’est une dynamique qu’on retrouvera au Forum des associations ce samedi ?

Tout à fait. On prolonge l’été solidaire, qui intègre une rentrée dans la même lignée, et le démarrage des activités avec le Forum des associations. Il y a une très belle dynamique et un beau programme. J’invite les Stanois à venir nombreux.

En juillet, vous avez procédé au renouvellement de l’exécutif municipal, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Au début de mon deuxième mandat, j’avais fixé un an à mon équipe en disant que je réajusterai si besoin, après observation pour être toujours plus offensif, plus efficace et en prise avec la population. La crise nous a changés quelque peu nos plans. Mais accompagner la population dans ses combats sans se substituer à elle, refuser les inégalités, donner du temps à la fraternité, etc, restent nos priorités.

Avec le nouvel exécutif, dont le trombinoscope sera dévoilé dans la prochaine édition de Stains Actu, nous nous y attèlerons, car notre seule boussole est de protéger et de soutenir les Stanois, tous les Stanois.

Vous êtes-vous déjà fixé de nouveaux caps ?

L’intérêt des Stanois et la défense du principe d’égalité républicaine, c’est notre priorité absolue. Nous continuerons nos luttes pour obtenir des transports lourds par exemple. Pour que les médiateurs de nuit démarrent leurs missions.

Nous suivrons de près la réhabilitation de La Prêtresse et ferons en sorte que celle de Lurçat-Boin soit aussi programmée. Nous continuerons de développer l’éco-quartier des Tartres Sud. Nous soutiendrons les collectifs d’habitants qui se mobilisent pour leurs droits, comme celui de la Cerisaie. Sur l’environnement, nous allons créer un Conseil citoyen pour le climat.

Le projet d’une épicerie solidaire va voir le jour. Nous soutiendrons le sport et la culture avec par exemple, pour cette dernière, un grand rendez-vous le 18 septembre : le Festival des arts urbains. Nous continuerons notre lutte contre les déchets sauvages, les incivilités et la
dégradation des biens publics.

Vous pensez aux dégradations du cimetière ?

Oui, j’ai été comme de nombreux Stanois choqué et scandalisé. Nous n’avons pas encore de retour sur l’enquête. Je rencontre le nouveau préfet dans quelques jours et j’insisterai pour qu’elle soit menée jusqu’au bout.

Comme d’ailleurs, celle concernant les policiers qui ont tiré sur des automobilistes dans notre ville. La vidéo est choquante, nous devons faire toute la lumière sur ce qui s’est passé.

Un dernier mot ?

Je tiens, une nouvelle fois, à souhaiter une très bonne rentrée aux élèves, aux enseignants et au personnel communal qui travaille dans les écoles en particulier. Je veux avec mon équipe municipale, les remercier infiniment pour leur engagement au quotidien.

Au delà de la rentrée scolaire, tous les Stanois peuvent compter sur la détermination de mon équipe et de moi-même pour cette nouvelle rentrée.

• Propos recueillis par ROCHDI HAOUES & CAROLE SAPIA

Voir aussi

elementum dictum Nullam mattis sed risus. leo libero