La médiation fait débat en ville

Jeudi dernier à l’espace Paul-Eluard s’est tenu le 3e forum départemental « la nuit nous appartient » organisé par la ville de Stains et l’association Médiation Nomade. Compte-rendu des échanges.

Quelques 140 personnes se sont retrouvées à l’espace Paul-Éluard pour une soirée studieuse et riche en interventions autour de ce forum dédié à la question de la médiation et de l’occupation de l’espace public la nuit.

« Nous travaillons depuis longtemps sur ces questions de médiation et sur son déploiement en ville. Cela a pris du temps »,  a rappelé en ouverture Azzédine Taïbi. Et le maire de faire des annonces : « la médiation va permettre de répondre à des besoins sur la ville nous allons très prochainement mettre en place un Groupement d’intérêt public (GIP) de médiateurs de nuit avec la participation financière des bailleurs ». Pour le fondateur de l’association Médiation Nomade, Yazid Kherfi, « il faut réoccuper l’espace public le soir en déployant des adultes bienveillants. Il faut aller vers les jeunes, redonner de l’espoir et recréer du lien ».Depuis 2012, sa structure compte plus de 300 soirées organisées dans près de 75 villes parcourues dont quatre nuits à Stains (deux au Clos Saint-Lazare et deux au Moulin-Neuf).

Deux tables rondes autour de la médiation 
Les deux animateurs de cette soirée, Jordan Désirée de la Brigade verte et l’avocate stanoise Maïmouna Haïdara se sont livrés à un battle d’éloquence autour de la question du 19h-minuit à Stains. Drôle, provoquant mais si réaliste. Une belle prouesse.

Puis, une première table ronde réunissant le Comité des mamans, les femmes de la Marche exploratoire, les membres du Conseil d’habitants du secteur Centre, le bailleur I3F et la police municipale s’est tenue et a permis de faire un constat sur les problématiques de la nuit. Sur celle des squats d’immeubles, tous ont admis que la médiation peut constituer une solution de prévention adéquate. Ensuite, une deuxième table ronde a permis de proposer des pistes pour occuper l’espace la nuit. Elle a réuni plusieurs acteurs : un médiateur d’Aubermediation, le service Jeunesse, l’association Semina Métès, et l’ APCIS. « Ouvrir les structures jeunesse la nuit, encadrer davantage les jeunes en s’appuyant sur les structures adaptées ou de sensibiliser les parents », ont été les propositions soumises. Dans la salle également les Stanois se sont montrés  unanimes par  la nécessité de mettre en place un service de médiation de nuit (voir témoignages) et d’instaurer un dialogue pour apaiser l’espace public.

Sofien Murat

Témoignages

Chaker Brahmi

« C’est une très bonne chose d’avoir organisé ce débat à Stains et de poser la question de savoir comment occuper l’espace public le soir. La médiation va dans ce sens. Pour nous, Stanois, elle est peut être là la solution à beaucoup d’incivilités et de nuisances dans notre ville. »

Abdou Oumara

« C’est une soirée très intéressante où nous avons appris plein de choses. La médiation est très importante. Elle peut apporter la tranquillité publique car la répression n’a jamais rien résolu. Il faut au contraire militer pour davantage de dialogue. Je suis convaincu que la médiation peut davantage aider à la résolution des conflits et lutter contre les incivilités du quotidien. »

Fatma Doré

« Ce forum a permis de parler des bonnes initiatives. Selon moi, il faut d’avantage aller de l’avant et voir comment la médiation peut aider nos jeunes à s’en sortir et à ne plus occuper l’espace public en apportant des nuisances. Pourquoi ne pas s’appuyer sur le tissu associatif local et valoriser davantage notre jeunesse ? Avec la médiation, les choses peuvent aller dans le bon sens. »

 

 

Voir aussi

accumsan ipsum Aliquam Phasellus consequat. et, ultricies libero venenatis ut nec