Yves et Walter, en vert et avec tous…

Ce duo de jardiniers veille sur le vivre ensemble au sein des Jardins familiaux de la zone des Arpents. Deux soixantenaires qui ont en commun d’avoir appris le travail de la terre en Guadeloupe.

Une « corvée » devenue passion qu’ils entretiennent à Stains avec leur sens partagé de la convivialité. Portraits croisés.

Yves et Walter, en vert et avec tous... - Ville de Stains

Il est 14 heures du côté des Jardins familiaux des Arpents, rue des Huleux et c’est l’heure du café dans le chalet de l’association Les Jardins familiaux de Stains. C’est le point de rencontre pour tous les jardiniers des Arpents, ensemble de 200 parcelles de 50 à 150 m2 géré par La Fédération nationale des jardins familiaux et collectifs. « Le jardin, c’est aussi la convivialité, il faut bien reposer la machine lorsqu’on a passé la matinée, penché à travailler la terre », lance Yves Tamarin, l’un de nos deux hôtes du jour, responsable des jardins des Huleux.

Il est aussi référent du « village 7 » des Arpents, soit une quarantaine de parcelles sur lesquelles fait régner sa bonne humeur et son sens aiguisé du jardinage depuis 2015. « Jardiner, je fais ça depuis que je suis en couches ou presque, rigole Yves, plus connu chez les jardiniers sous le sobriquet de « Doudou ». J’ai appris ça chez moi en Guadeloupe, au Gosier, avec mes grands-parents. Tout le monde avait un jardin chez nous, c’était une nécessité pour vivre. Et aujourd’hui, je prends plaisir à donner des conseils aux nouveaux jardiniers que nous accueillons depuis que les Arpents ont été restructurés. »

En janvier dernier, un réaménagement du site, débuté en 2019, a permis la livraison de cabanes en bois clair, il y a quelques semaines.
L’objectif ? Rendre les jardins plus visibles et le site plus adapté à la promenade, mais aussi créer de nouvelles parcelles pour permettre à plus de familles stanoises de cultiver un potager. « Ça nous change des vieux cabanons, explique Walter Gotte, dit Johnny, le compère jardinier de « Doudou ». Et puis, réaménager les parcelles nous a permis d’accueillir près de 70 familles stanoises. Ici, il y a des gens venus des quatre coins du monde, qui côtoient des Stanois de toujours, et tout le monde s’entend et s’entraide. Au sein des jardins familiaux, la solidarité entre jardiniers est essentielle », poursuit celui qui est aussi « responsable des jardins des secteurs Arpents et Moutier avec Jacques
Ambrosio. »

Comme Yves, Walter a cultivé sa main verte lors de son enfance en Guadeloupe, son île que ce retraité de la fonction publique arbore fièrement sur le sommet de sa casquette. « Avec Yves, nous sommes malheureux si nous ne jardinons pas, c’est une respiration qui nous aide à supporter a période actuelle. On oublie tout ici et nos rôles de responsables nous amènent à nous démener afin que ce site fonctionne bien, que tout le monde respecte le règlement intérieur. »

Avec le début des beaux jours, Walter, par ailleurs vice-président de l’association « Les Jardins Familiaux de Stains » s’active donc pour accueillir les futurs visiteurs du printemps : « Le réaménagement a donné de l’air au site, mais il manque encore des toilettes pour que ce soit
parfait, dit-il. Parce que le but des travaux était aussi de faire de ce lieu un endroit de promenade et de découverte du jardinage pour les Stanois. En tous cas, nous sommes prêts à faire découvrir nos jardins… »

Et nul doute que les deux compères vous feront partager quelques-uns de leurs secrets : « Oui, travailler la terre, ça s’apprend si on sait écouter, regarder et mettre les mains dedans », conclut le soixantenaire à la barbe fleurie, avant de repartir cultiver son pré carré. « En ce moment, c’est ail, oignons, fèves, petits pois. Il y a du boulot, parce que les travaux de réaménagement ont fait remonter pas mal
de cailloux. Mais, c’est un beau défi de rendre cette terre la plus fertile possible ! »

• FRED LAURENT

Voir aussi

commodo felis fringilla risus. Donec tristique