Studio Théâtre de Stains – La culture ne peut être assignée à résidence

L’équipe du STS ne veut pas abdiquer et continue sa bataille pour que la culture soit accessible à tous et par tous les moyens. Entre mobilisation et adaptation, elle porte la parole d’un domaine que l’on bâillonne.

Studio Théâtre de Stains - La culture ne peut être assignée à résidence - Ville de Stains

En plus de la pétition lancée par des habitants pour demander la réouverture des salles de spectacle, les Stanois sont invités le 27 mars de 11h à 14 h, à venir assister en famille à un rassemblement revendicatif et festif, à l’initiative du maire, Azzedine Taïbi qui portera la même revendication.

Ainsi ce jour, entre le jardin du Studio Théâtre de Stains et le parvis de la médiathèque Louis-Aragon, des chanteurs, des comédiens, des danseurs, des jongleurs, des membres de l’Orchestre symphonique Divertimento et des habitants viendront réclamer à ce que la culture puisse à nouveau avoir le droit de cité.

UN AIR DE VIE NORMALE

Cela faisait un an jour pour jour ce 12 mars, qu’ils ne s’étaient pas retrouvés face à un public aussi nombreux. Rassurez-vous, ils n’ont pas bafoué les règles en vigueur quant aux gestes barrières imposés pas la pandémie. Mais de qui parlons-nous ? Alors que beaucoup se languissent de pouvoir assister à une représentation théâtrale, Stains actu a eu la chance de suivre l’équipe du Studio Théâtre de Stains pour la reprise de Fables.

En effet, depuis la semaine dernière, les comédiens de la création de Marjorie Nakache se sont retrouvés au STS pour répéter afin de préparer cette adaptation du spectacle qui avait séduit de nombreux spectateurs lors de sa présentation. « Nous sommes contents de nous retrouver. De pouvoir continuer à travailler. Nous n’avons jamais baissé les bras.

Depuis la fermeture des salles de spectacle, il n’était possible de jouer que face à un nombre limité de personnes, surtout des professionnels à la recherche de nouveautés, venus voir notre spectacle Rousseau et Jean-Jacques. Nous sommes donc très heureux d’aller à la rencontre des enfants et d’avoir du public avec qui partager le bonheur, le plaisir de faire du théâtre. Ce qui contrairement à ce que l’on a laissé penser est essentiel » explique Marjorie, la metteuse en scène.

Le décor à lui aussi été adapté à cette tournée scolaire. Il est moins étoffé que celui aperçu au lancement du spectacle, mais les techniciens ont travaillé de bien belle manière pour faire voyager les enfants dans l’univers des fables. Les costumes et les accessoires habillent parfaitement les comédiens pour contribuer à y croire encore plus. Ainsi, il est bien aisé de reconnaitre : Jean de la Fontaine, la cigale, la fourmi, le renard ou encore le loup… de nombreux personnage de Fables prennent vie dans la proposition artistique. Tout a donc été bien pensé pour faire vivre le spectacle. Après une bonne semaine de répétitions, ils allaient pouvoir faire face à leur jeune public.

Studio Théâtre de Stains - La culture ne peut être assignée à résidence - 2 - Ville de Stains

JOUR DE SPECTACLE

Bien que les salles de spectacles n’aient toujours pas la possibilité de recevoir du public, la joyeuse troupe s’est mise en ordre de marche. Le théâtre est allé à la rencontre des écoliers. Vendredi 12 mars était donc la première date d’une longue série en direction des écoles de la ville. Les artistes se sont donnés rendez-vous dès 9 h du matin, afin de faire la route ensemble, histoire de se donner de l’énergie, direction le groupe scolaire Hugo-Zola. Une petite traversée de la ville qui a permis de se raconter souvenirs et anecdotes de l’époque où les comédiens foulaient encore les planches des théâtres.

Dans leurs regards, il était possible de voir la joie de tordre le verbe, surtout que ce spectacle est une véritable plongée dans l’univers de Jean de La Fontaine ou chaque mot à a son importance. Après quelques derniers petits préparatifs, les enfants ont pris place dans la salle polyvalente de l’établissement et la représentation a débuté. Ils n’en n’ont pas perdu une miette, telles des caméras, les regards suivaient les comédiens de gauche à droite, buvaient les répliques de ces cracheurs de mots.

Et quel bonheur que de voir l’ensemble de l’assistance reprendre en choeur le texte du Corbeau et du renard avec l’un des personnages. Un instant magique rempli de poésie. Une fois le spectacle terminé, les enfants ont été invités à déclamer quelques fables apprises. Par la suite, ils ont eu l’opportunité d’échanger avec les artistes et les questions ont fusé : « Pourquoi vous avez choisi ce métier ? Est-ce que vous jouez dans d’autres salles ? Comment faites-vous pour faire passer votre stress ? »

Enfin, avant de quitter l’établissement, les comédiens ont frappé à la porte d’une classe en costume afin d’offrir une nouvelle fois un passage du corbeau et du renard sous les yeux émerveillés des petit impressionnés de voir le corbeau perché à la porte de leur classe. À voir les réactions, la culture est bien un vecteur essentiel de bonheur, à partager.

• R.H.

Voir aussi

felis ut sem, suscipit justo consequat. venenatis, elit. commodo