Prévention Santé – Les roses d’octobre : les femmes

L’édition locale 2020 d’Octobre Rose a permis de former 30 Femmes relais, de libérer la parole et de s’informer lors de plusieurs événements organisés. Dernier rendez-vous : mercredi 21 octobre au marché du centre.

On est en octobre, les rosiers fleurissent encore un peu partout. En ville, ce sont aussi les Femmes relais qui éclosent à cette période automnale. En effet, à l’occasion du mois de sensibilisation et de prévention du cancer du sein d’Octobre Rose, la municipalité propose des sensibilisations de différents types mais forme aussi des Femmes relais. Cette année, elles étaient 30. Un bouquet encore plus beau qu’habituellement.

Les roses d’octobre : les femmes - Ville de Stains

Hélène du Centre de coordination de la Seine Saint-Denis l’a remarqué « c’est exceptionnel, Stains est une des rares villes à en compter autant, et preuve est faite aujourd’hui, que c’est efficace ! » Hélène, mais aussi des sages femmes et d’autres professionnels de santé ont participé à cette formation qui s’est déroulée sur une journée, mardi 6 octobre.

Au programme : cancer du sein, du col de l’utérus et plus généralement, la santé de la femme. Pendant plusieurs heures, elles ont écouté, participé à des ateliers pour informer, alerter et orienter les femmes de leur entourage.

UN ATELIER COUTURE

Elles sont dix femmes, bénévoles et volontaires de la Maison pour tous Yamina-Setti, à avoir cousu des dizaines et des dizaines de masques roses, qu’elles ont ensuite elles-mêmes floqué avec le slogan local de cette année « Octobre Rose au sein de Stains » aidées par Karine de la Médiathèque Louis-Aragon. Fatima, se déplace de poste en poste, ce jour-là, dégageant une belle énergie.

Les Roses Octobre Les Femmes 2

« Je découvre, je m’amuse, je partage et surtout, on aide les autres », confie-t-elle tout sourire. Khadija est dans le même état d’esprit. Très concentrée pour décoller son premier flocage, cette future maman, qui avoue ne pas réussir à lever le pied, clame à la fin de la délicate opération « Pour et avec les autres ». Elles sont toutes pareilles. Ohrai se dit « contente d’être présente ».

Wassila Quant à elle, avoue que « c’est la première fois que je m’engage dans un tel projet. Rencontrer des femmes, faire des choses ensemble et aider, en plus, ça me plaît. » Fatiha, elle, pense que se former et participer à des actions en faveur de la santé des femmes, l’aidera à mieux accompagner et conseiller sa fille, mais aussi toutes les autres femmes de son entourage. Une autre Fatima résume l’ambiance de cet atelier à merveille : « On agit pour les femmes et on le fait ensemble, en se servant de notre savoir-faire, mais en plus, on apprend. »

Des flocages dorés, rouges à paillettes, noirs… ces dames les réalisent en s’appliquant pour sublimer leurs masques roses et en pensant à l’impact qu’ils pourront avoir. En effet, ils seront distribués lors des trois rencontres prévues dans les Maisons pour Tous de la ville. « Plus on verra de masques roses, plus ça interpellera et plus ça rentrera dans les mœurs, » est convaincu ce groupe de militantes qui sont donc toutes devenues Femmes relais.

« PLUS ON EN PARLE, PLUS CELA RENTRE DANS LES TÊTES »

« Plus on en parle, plus cela rentre dans les têtes ». Preuve en est au marché du centre sous le chapiteau animé par des professionnels et celle-ci. Les passants n’ont pas besoin de beaucoup de sollicitations pour s’arrêter un moment, écouter et questionner. Cette habitante de la cité Allende a fait une halte et s’est renseignée sur la palpation mammaire. « J’ai vu comment faire toute seule, j’ai même essayé sur le mannequin, c’est rassurant d’apprendre ces gestes. » Parmi les autres présents, un couple qui pose des questions mais aussi Jessica, 24 ans. « Grâce à ce genre d’initiative, on comprend mieux qu’une maladie peut frapper n’importe qui mais surtout qu’on peut en prévenir certaines. » La graine de la prévention est bien plantée à Stains, même chez les jeunes filles.

• CAROLE SAPIA

Voir aussi

Lorem libero. diam sed velit, Aenean leo.