Portrait – « Mesdames, osez la science »

Adeline Duterque, directrice générale du Engie Lab Crigen fait partie d’une série d’interviews de femmes réalisée par Engie à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Un groupe qui, a entre autres, l’objectif de compter d’ici 2030 autant de femmes que d’hommes.

Stains actu l’a rencontrée en espérant que cela fera naître ou encouragera des vocations.

Portrait - « Mesdames, osez la science » - Ville de Stains

Un regard bienveillant, un sourire doux, un accueil chaleureux… Adeline Duterque, élégante dans sa tenue bleue marine, est la première femme du groupe Engie à occuper le poste de Directrice générale du Lab Crigen, le centre de recherche récemment installé à Stains. Femme et de surcroît non chercheuse, elle présente un profil atypique. « C’était un pari osé pour Engie, confie celle qui ajoute, dans ma carrière on me proposait toujours les postes, mais celui-là, je le voulais vraiment ».

Adeline Duterque a grandi en région parisienne et réalisé un beau parcours scolaire : prépa littéraire à hypokhâgne, licence d’anglais, maîtrise en communication au Celsa, puis HEC. Elle entre chez Engie en commençant par gérer une agence clientèle, puis enchaîne les postes de cadre dans le management et la stratégie dans les différentes entreprises du groupe, qui emploient 170 000 personnes dans 70 pays.

Mais, la maman de deux adolescentes est attirée par le monde de l’énergie qui est en perpétuelle évolution, qui bouge, qui doit soigner son environnement. « Même si Engie ne résolvera pas à lui seul la transition énergétique, certaines de nos recherches ont abouti, comme sur le solaire photovoltaïque, les véhicules électriques, le biogaz 1ère génération. Reste à faire baisser les prix et travailler sur des sujets complémentaires, comme l’hydrogène. Nous assistons à une soudaine bascule. Ce poste me passionne. J’apprends tous les jours. »

Ce qui est devenue l’une de ses passions, elle le partage avec pédagogie et enthousiasme. Il suffit d’un mot pour qu’elle vous mène dans les laboratoires de son centre stanois. « Ça, c’est un simulateur de consommation, ça un four pour transformer l’hydrogène et ça c’est pour liquéfier du gaz… Nous avons une centaine de brevets, » sourit-elle avant de montrer un prototype en forme de bancs qui permettrait de purifier l’air dans les écoles.

LA RECHERCHE, UNE PASSION

« Mes équipes sont des gens qui ont envie d’avancer dans la transition énergétique. Ils cherchent et moi je les guide pour valoriser leur travail, créer les conditions pour qu’ils réussissent et recadrer les stratégies ».

Le groupe a détecté que cette femme pouvait être un atout. Dans les couloirs du Crigen, situé au Bois Moussay, elle salue chaque collaborateur. Derrière les masques, on devine les sourires échangés. Adeline Duterque se complète parfaitement avec son équipe de 250 personnes de 24 nationalités différentes sans compter la dizaine de chercheurs dans le centre de Singapour et les 6 dans celui de Lyon. « Quand les chercheurs me présentent leurs projets, leurs avancées, je suis comme une enfant ! »

« Les chercheurs se lèvent chaque jour avec l’envie de résoudre des problèmes, innover, ils adorent ! Et cet aspect n’est pas, je l’avoue, genré. Il est commun. Mais la diversité est une force, c’est ce que défend Engie. Et elle ne tient pas juste au genre mais aussi aux différentes nationalités, etc. »

« Donc, nous aimerions compter plus de femmes dans nos équipes. Dans les métiers des sciences, on a encore des difficultés à les embaucher. On est souvent obligé d’aller les chercher, d’avoir une politique d’embauche offensive. Je pense que beaucoup d’entre nous, les femmes, ont encore cet interdit intérieur de se diriger vers ces voies. Mesdames, osez la science ! J’avoue être particulièrement fière quand une femme brille dans mes équipes. Je pense à Audrey par exemple et son évolution hyper rapide. »

Selon les données de l’ISU, moins de 30 % des chercheurs dans le monde sont des femmes. A Engie, elles sont 37%. Et le groupe a l’objectif de la parité à l’horizon 2030.

DES EXEMPLES À SUIVRE

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le groupe a décidé de publier sur son site internet (www.innovation.engie.com/fr/news/interviews) plusieurs interviews de femmes qui travaillent sur différents sujets d’étude, différents domaines, différentes entités, mais avec un fil commun : la tech ou la recherche, un univers traditionnellement plutôt associé aux hommes. Adeline Duterque en fera partie mais vous pouvez d’ores et déjà lire ceux d’Audrey Hubert, Bérangère Genouville, Olga Kavvada, Ngoc Han Huynh Thi.

• C.S

Voir aussi

ut suscipit risus venenatis, leo. consectetur libero