Portrait – « La Régie, c’est comme une seconde famille »

Yaya, gardien d’immeuble à la cité de la Prêtresse, est investi corps et âme dans sa nouvelle mission.

Après des années de péripéties professionnelles et le soutien de la structure de réinsertion, il semble avoir enfin trouvé sa voie.

Portrait - "La Régie, c’est comme une seconde famille" - Ville de Stains

Après des années de petits boulots et de précarité, Yaya explique avoir fait la rencontre décisive qui a changé sa vie. « Je revenais du Mali après un projet avorté et je tournais en rond lorsqu’un ami m’a parlé de la Régie de quartier ». Au sein de la structure de réinsertion, il reprend confiance en lui, se sent soutenu et est accompagné dans ses démarches, notamment auprès de Pôle Emploi. Il retrouve aussi une activité professionnelle dans différents domaines : jardinage, réparation de vélos… Il sourit : « La Régie, c’est devenu comme une seconde famille ».

Lorsqu’on lui propose un remplacement provisoire sur un poste de gardien, il prend à coeur ce nouveau rôle et s’investit passionnément. Une locataire lui fait alors cette confidence : pourquoi ne pas devenir gardien d’immeuble ? Vous qui êtes gentil, accueillant, à l’écoute. C’est le déclic. La Régie l’oriente vers l’association SFMAD pour une formation d’un an et l’aide à monter un dossier de financement auprès de Pôle Emploi. Avant même la remise du diplôme, le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat lui propose un contrat.

UN MÉTIER QUI SE FAIT RARE

Pour le grand gaillard arrivé du Mali en 2002, les débuts à la Prêtresse ont été de son propre aveu « difficiles ». Dans un secteur souffrant d’un turnover important au poste de gardien, la tâche semblait ardue. Il dit : « Lorsque je suis arrivé, cela faisait huit mois qu’il n’y avait plus de gardien. La première semaine, je recevais jusqu’à 90 appels par jour… »

Devant la porte de son local, les locataires faisaient le pied de grue pour porter réclamations : fuite d’eau, conflit de voisinage, éléments à remplacer dans le logement, infestations…

Yaya fait le dos rond et s’emploie à répondre à toutes les sollicitations. « J’aime aider, me rendre utile auprès des autres. » En première ligne face aux problèmes des habitants de cette cité de 300 logements, il redouble d’efforts afin d’améliorer le quotidien et le cadre de vie des locataires. Et cet investissement semble avoir porté ses fruits. Un locataire confie : « Ça fait 18 ans que je vis ici et la cité n’a jamais été aussi propre ! »

Yaya fait aujourd’hui le bonheur des habitants de la Prêtresse. « On vient même m’offrir des chocolats ! »

• M.B.

ET BIEN D’AUTRES AUSSI !

Les Rayons est le nouveau nom de l’association Régie de quartier de Stains. Cette structure, présente en ville depuis plusieurs années, a pour objectifs l’amélioration du cadre de vie et l’embellissement des quartiers, grâce à l’insertion professionnelle des habitants. Le public visé est celui qui est éloigné du marché de l’emploi.

Les Rayons propose des CDD de 6 mois renouvelables 4 fois au maximum, pour une durée de travail hebdomadaire de 26 h, soit dans le bricolage, la réparation de vélos ou de petits électroménagers, du nettoyage urbain, la distribution en vélo de Stains actu par exemple. En parallèle, il leur est proposé des parcours d’accompagnement, d’orientation et de formation. Le but est de quitter la structure avec un emploi stable. Actuellement, 43 Stanois y sont en insertion. Mais, beaucoup y sont passés avant eux à l’image de Yaya (ci-contre), Mazara, Amine (ci-dessous) et tant d’autres…

Mazara, 27 ans du quartier Victor-Renelle

J’ai des diplômes étrangers, qui n’étaient pas reconnus en France. Lorsque j’ai commencé à postuler un peu partout, je me suis rendue compte qu’il serait très compliqué de trouver un emploi. Par hasard, j’ai vu une annonce de la Régie, j’ai postulé en ligne, puis je me suis déplacée, j’ai passé des entretiens. Enfin, je remettais un pied dans le travail ! La Régie m’a accompagné et encouragé dans toutes mes démarches. Sans eux, je n’en serai pas là. Car aujourd’hui, grâce à une bourse, je suis en formation pour devenir aide-soignante. Je ne suis pas encore tout à fait là où je voudrais, mais j’y vais ! »

Amine, 33 ans du quartier Moulin Neuf

« J’étais peintre de formation, mais au chômage. C’est Pôle Emploi qui m’a orienté vers la Régie. Pendant un an et demi, j’ai beaucoup appris en intégrant l’équipe de l’atelier réparation. En parallèle, j’étais suivi par un conseiller et nous avons construit un projet professionnel. Je me suis beaucoup investi et amélioré au fil du temps. Si j’ai obtenu mon permis cariste, depuis 4 mois, j’ai décroché un CDI dans une société de location de vélos électriques que j’entretiens et répare. Je souhaite à tous ceux qui passent par la Régie un aussi bon parcours que le mien. »

> Pour toutes les personnes qui souhaitent en savoir plus, il suffit de téléphoner au 01 48 21 17 28, d’envoyer un mail à : admnistratif@rqstains.com ou de se rendre sur place au 47, rue George-Sand de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14h à 16h.

Voir aussi

et, id elementum eget odio felis