Portrait – Kristina et Silya, que brillent nos étoiles !

Deux jeunes Stanoises ont été repérées lors des cours de danse classique au Conservatoire municipal de musique et de danse (CMMD).

Grâce à leurs potentiels, elles ont pu intégrer un cursus Sport-études. Rencontre.

Portrait - Kristina et Silya, que brillent nos étoiles ! - Ville de Stains

Kristina (à gauche) et Silya (à droite) devant la structure municipale qui les a vu éclore.

Elles se regardent et éclatent de rire. Un second regard et instantanément, la magie opère. La complicité entre ces deux Stanoises est indéniable et résulte d’une passion commune : la danse. Kristina Gligorijevic, 14 ans et Silya Tahrat, 12 ans, après un passage au Conservatoire municipal, ont intégré un cursus sport-études dans le même établissement : l’European Dance Center Goubé. Chaque jour, le matin c’est école, l’après-midi, danse.

Dans leur justaucorps blanc, un chignon haut pour l’une, bas pour l’autre, les deux jeunes filles sont des piles électriques sur pointes. Sur la scène de l’auditorium, tour à tour, comme dans une chorégraphie millimétrée, elles se racontent et font des exercices d’assouplissements chaussons aux pieds.

Kristina est en classe de troisième. « Depuis toute petite, mes parents m’ont fait essayer différents sports. Je me rappelle d’une émission que mon papa regardait à la télévision. Il y avait des ballerines. Je me suis dit « Waouh ! C’est ce que je veux faire ! ». J’avais 9 ans quand on a poussé les portes du Conservatoire municipal de musique et de danse. » Pour son premier cours, Kristina était en tee-shirt jogging.

Pour la petite histoire, Silya était dans la même tenue pour ses premiers pas de danse classique. Pas du tout commun pour des futures
danseuses ! Elle avait 6 ans et s’est inscrite ce même jour à l’alto. « Ma grande soeur allait à des cours de danse au Clos. Moi, j’étais trop petite… Mais un jour, je me suis faufilée et la prof a accepté de me prendre. » Sa maman ajoute qu’elle n’avait pas encore 5 ans. Les prémices
évidentes de son adorable « audace ». « Puis, en regardant Barbie rêve de danseuse étoile, en envahissant le salon de mes chorégraphies et après avoir harcelé ma mère en répétant « c’est ce que je veux faire ! », j’ai pu commencer les cours de danse classique au Conservatoire »,
ajoute Silya.

DÉTECTÉES PAR AGNÈS

Pour les deux jeunes filles, c’est alors la rencontre avec Agnès Coppin, la professeure de danse de la structure municipale. La « raideur » bloque Kristina, mais Agnès détecte son potentiel et arrive à obtenir le déclic chez la jeune fille. Pour la « mémoire de poisson » de Silya,
même chose, le travail paiera.

La danse est une discipline rigoureuse, exigeante et physique. Dans leur école, « Des petites mères », des marraines, aident et accompagnent les plus jeunes dans leur nouvel environnement. Pour nos jeunes Stanoises, ce sont Eva et Lisa. « De se voir tous les jours pendant des heures dans un miroir, ça aide à s’améliorer, mais par moment, c’est frustrant et décourageant, » avouent les danseuses. « Mais ici, nous sommes très entourées, écoutées. »

Silya aime les mardis car « c’est cours de pointes ! » Kristina, avec ses magnifiques yeux d’un bleu profond, redoute les jours de pirouettes, mais est impatiente d’arriver au vendredi, jour des cours de danse contemporaine. En effet, elles ne pratiquent pas seulement la danse classique. Elles font du jazz, du contemporain, du folklo, du hip-hop.

Mais les deux amies caressent des rêves « classiques ». Kristina voudrait intégrer une compagnie de ballerines tout en étant avocate. « Je trouverai une solution pour allier les deux, mais dans tous les cas, il faut de la danse. Sinon, je ne pourrais pas être heureuse. » En attendant, la future lycéenne rumine car elle sait que les épreuves de brevet qu’elle doit passer dans quelques jours tomberont en même temps que des cours de danse et « ça m’embête de les rater… ».

Silya, elle, vient de passer deux tours des petits rats de l’Opéra. Son rêve est d’être danseuse étoile. Nul doute qu’elle y arrivera. Mais avec
sa soeur musicienne, elle partage un autre objectif : ouvrir une école de musique et de danse pour les personnes dont l’accès à ces disciplines est difficile. Elles ont été à bonne école… Sur la pointe des pieds, ces jeunes Stanoises font la fierté d’une ville et envoient un
message à tous les enfants de Stains que le CMMD est accessible à qui le souhaite et que les inscriptions sont même déjà ouvertes.

• C.S.

Voir aussi

odio lectus dolor in id velit,