Mobilisation – Un Stains De Survie Culturelle

Il y a un mois, les artistes et habitants ont lancé une pétition sur la plateforme change.org réclamant la réouverture des lieux culturels.

Samedi 27, ils ont assisté à un rassemblement festif et revendicatif en plein air. Scénettes, prises de parole, graff, chants et danse, ont animé l’après-midi sur le Parvis Hubertine Auclert (en face de la médiathèque Louis Aragon). Une rencontre qui prouve une fois de plus que la culture est essentielle.

TÉMOIGNAGES CITOYENS

Djamila, quartier de l'avenir - Ville de Stains

Djamila, quartier de l’Avenir

« Le premier confinement a été très dur pour notre famille, les enfants ne comprenaient pas bien ce qui se passait… Et un an après, c’est toujours cette ambiance morose. Je suis venue à cette manifestation pour voir du monde, mais aussi signer la pétition et montrer mon soutien, car la réouverture des lieux culturels me parait essentielle. Nous, on aime aller au cinéma et au théâtre. Ça nous manque ! On voulait le faire savoir. Lorsqu’on a vu que cet événement allait avoir lieu, on savait qu’on y serait, on était impatients et nous sommes ravis d’avoir vu toutes ses prestations artistiques. »

Sofiane, Niala et Manelle - Ville de Stains

Sofiane, Niala et Manelle

« On était au marché et on a vu les échassiers qui nous ont ramené jusqu’ici. Alors avant la sieste, on a décidé de rester un peu. Cette mobilisation est plus qu’importante car la culture est éteinte depuis plus d’un an. On a hâte que ça reprenne. Car au-delà d’être essentielle à chacun, c’est difficile pour les artistes. Je suis danseur, j’ai réussi à travailler dans des clubs de vacances l’été dernier et à faire quelques clips mais c’est très calme par rapport à la situation d’avant. C’est bien que cet événement ait lieu, car cela rassemble et ça fait plaisir. »

Cédric, action créole - Ville de Stains

Cédric, Association « Action Créole »

« Ma présence aujourd’hui est un soutien au monde de la culture. La culture est essentielle, c’est même vital. Elle amène pleins de choses.
Avec mon association, on arrive quand même à maintenir certaines activités en groupes de six. Mais le public, la scène, les rencontres ça nous manque. On est ensemble pour dire qu’on veut la réouverture des lieux culturels pour sortir. Il y a du monde, je suis content. »

Raifa, Mohamed, Kenzy, Melina, Yliès et leur maman

Raifa, Mohamed, Kenzy, Melina, Yliès et leur maman

« Nous sommes venus profiter de l’activité culturelle qui nous est offerte. Surtout pour les enfants. Je les emmène aussi souvent que
possible à la médiathèque, et ils suivent tous des cours au Conservatoire municipal de musique et de danse. J’ai toujours encouragé la pratique artistique dans mon éducation. La culture pour nous c’est essentiel. C’est même une priorité pour notamment ouvrir les esprits, parfaire ses connaissances et s’ouvrir aux autres. Lors de tous les confinements il a été difficile de suivre les cours de musique. Mon aîné qui est élu au Conseil municipal des enfants me dit que lui et ses camarades parlent souvent de ce sujet et y travaillent. »

 

Voir aussi

dolor. Praesent libero ipsum commodo quis, id fringilla eleifend pulvinar nunc