Interview du Maire Azzédine Taïbi – « Bonne année à tous les Stanois »

La pandémie ayant repoussé les traditionnels vœux du maire à la population, Azzédine Taïbi a tout de même tenu à s’adresser aux Stanois dans les colonnes de Stains Actu.

À cette occasion, il confirme les lignes de la politique municipale, évoque les grands axes pour cette nouvelle année et la suite du mandat.

Interview du Maire Azzédine Taïbi - « Bonne année à tous les Stanois » - 1 - Ville de Stains

  • En ce début d’année, que souhaitez-vous évoquer en premier ?

Avant toute chose, je tiens à présenter mes vœux à tous les Stanois.

Je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2022. Une année décisive car il va y avoir deux rendez-vous électoraux cruciaux, les présidentielles et les législatives. Et les choix qui seront faits auront des répercussions sur nos vies quotidiennes, sur notre ville.

  • Justement, localement quel est votre cap ?

Deux ans après ma réélection, avec l’ensemble de mon équipe municipale, notre fil conducteur ne changera pas. C’est le combat pour l’égalité républicaine qui doit se concrétiser localement pour tous les Stanois. Je dis bien tous les Stanois. Qu’ils soient seniors, jeunes, parents, isolés, sans abris, propriétaires, locataires, sans papiers… L’égalité et la dignité de tous sans distinction aucune vont de pair. Egalité et dignité, c’est le fil rouge de nos actions et on ne dérogera pas à cette règle.

  • Comment concrétisez-vous cette devise « égalité et dignité » ?

Dans le premier trimestre 2022, nous allons par exemple créer un observatoire des luttes contre les discriminations. Mais nous allons aussi et surtout agir dans les domaines de l’éducation. On va mettre encore plus de moyens dans la réussite éducative de nos enfants, notamment en investissement.

On vient d’inaugurer une école, Lucie-Aubrac, mais on sait que des besoins importants vont émerger. On a donc anticipé et prévu deux extensions et, sans doute, une nouvelle école. C’est véritablement un Plan pluriannuel d’investissement de l’éducation que nous enclencherons cette année.

  • Et pour les collèges ?

Nous sommes toujours en pourparlers pour obtenir un 4e collège pour lequel nous avons déjà acquis un terrain dans le secteur Victor-Renelle. L’arbitrage politique du département devrait être fait cette année. En attendant je continuerai à répéter que les Stanois en ont besoin et que nous avons déjà un projet tout prêt.

  • Un autre domaine vous parait-il important ?

Oui. La solidarité. Surtout avec cette crise sanitaire qui nous a poussés à réaliser plus tôt que prévu certains de nos projets inscrits dans notre programme. Par exemple, l’épicerie municipale solidaire que nous allons lancer dès cette année. L’objectif est de fonctionner en synergie avec ce que font déjà les associations sur le terrain pour faire face à une précarité de plus en plus criante, notamment chez les seniors et les étudiants.

Elle fonctionnera comme une épicerie traditionnelle, elle sera ouverte toute la semaine, avec des produits en circuit court et à bas prix.

Au-delà de la vente, on y travaillera aussi le lien avec des accompagnements, des ateliers, des orientations. Aspect social mais aussi aspect
santé car bien manger, ne doit pas être réservé à une catégorie de personnes et concerne tout le monde.

  • Avez-vous un autre projet dans le domaine de la solidarité ?

On espère sortir de terre cette année, une Maison pour tous Avenir/ Maroc en lieu et place de l’actuel foyer Gérard-Philipe. Ce nouvel équipement, qui accueillera tous les habitants des deux quartiers, participera à notre volonté d’amplifier encore le rayonnement de toutes nos Maisons pour tous pour contrecarrer la division à laquelle on essaye de nous emmener.

Je pourrai en dire encore beaucoup sur la solidarité mais là je pense d’emblée aux fêtes de quartiers, un nouveau format de la Fête de la ville qui a plu et m’a convaincu, et que nous referons donc en 2022.

  • Et sur le développement de la ville ?

La réhabilitation de La Prêtresse, que nous avons obtenu de longue lutte, on y est. Au Clos Saint-Lazare aussi. Pour Lurçat, on a l’espoir d’obtenir un accord en septembre. Quant au gymnase Fatima Bedar, lui aussi, sa construction devrait commencer avant la fin de l’année. Et la requalification du centre-ville continue. Tout comme celle des Jardins familiaux.

  • Votre projet Transports, où en est-il ?

La crise sanitaire a chamboulé le calendrier des instances qui devaient statuer notamment sur le financement. Le Contrat État-Région, auquel nous voulions inscrire notre projet, a été reculé d’au moins un an. Je vais reprendre des rendez-vous avec tous les décideurs et partenaires pour donner plus de force à ce projet structurant pour la ville et nécessaire aux Stanois, à qui je rendrai compte.

Notamment lors des terrasses citoyennes, que je veux absolument relancer aux beaux jours. Je veux être au plus près des habitants durant cette nouvelle année qui commence.

• PROPOS RECUEILLIS PAR CAROLE SAPIA ET ROCHDI HAOUES

DES CHIFFRES QUI EN DISENT LONG…

> 2 Créations : celle d’un Observatoire des luttes contre les discriminations et celle d’une épicerie municipale solidaire
> 1 Plan d’investissement pluriannuel ambitieux pour les écoles avec notamment deux extensions et une construction
> 4e L’obtention d’un quatrième collège
> 1 Nouvelle Maison pour tous pour les quartiers de l’Avenir et du Maroc
> 3 réhabilitations. À La Prêtresse, au Clos Saint-Lazare et à Lurçat
> 1 Projet Transports toujours actif

Voir aussi

ante. diam mi, elit. ut risus.