Économie Sociale et Solidaire – Plus verte la ville à la Ferme des possibles

Inaugurés officiellement vendredi 19 novembre, la Ferme des possibles et son bâtiment bioclimatique  » Résilience  » veulent montrer la voie d’une économie plus durable et plus solidaire.

Économie Sociale et Solidaire - Plus verte la ville à la Ferme des possibles - Ville de Stains

Longtemps terre nourricière de l’Île-de-France avec ses nombreux maraîchers, Stains renoue avec ses racines agricoles en les replantant solidement du côté de la Ferme des possibles : un peu plus d’un hectare dédié à l’agriculture urbaine sur un terrain concédé par la ville en 2015 à la coopérative d’insertion Novaedia au coeur de la ZAC du Bois Moussay.

Un endroit que connaissent désormais les Stanois qui ont déjà eu l’occasion de venir s’y procurer des paniers de produits frais ou bien de faire connaissance avec Cacao et Pomme, les poneys Shetland de la Ferme. Lesquels étaient aux premières loges, vendredi 19 novembre, pour l’inauguration officielle du site agricole et du Bâtiment « Résilience », le vaisseau amiral de la Ferme qui prend la forme d’une longère de 70 mètres pour une surface de 1 800 m2.

Et dont une des particularités est de s’appuyer sur une thermo-frigo-pompe qui récupère les calories générées par la chambre froide utilisée au stockage de la production, afin d’assurer le chauffage du bâtiment. Car Novaedia, à Stains, c’est déjà des récoltes de légumes et de fruits locaux qui font vivre une activité de traiteur permettant de livrer des paniers de fruits en entreprise, des petits déjeuners bio ou encore des cocktails.

« Un projet que nous soutenons depuis le début et qui démontre qu’on peut très bien allier l’économie à l’environnement et à l’enjeu du bien manger », expliquait Azzédine Taïbi, le maire de Stains lors de l’inauguration de la Ferme des possibles qui était « associée » au Forum de l’économie sociale et solidaire en Seine-Saint-Denis. « Et puis cette Ferme, c’est un lieu ouvert aux habitants où ils peuvent renouer avec la nature, comme ils peuvent aussi le faire du côté des Jardins familiaux que nous avons rénovés. »

Une ferme urbaine qui ambitionne désormais d’être le phare d’un monde plus durable et plus solidaire afin de continuer sur le sillon déjà tracé par la formation et l’insertion d’une trentaine de personnes en situation de handicap vers des métiers liés à l’agriculture urbaine ou à la restauration.

• FRED LAURENT

Voir aussi

leo. Donec non leo libero Curabitur quis Sed elementum