Clos Saint-Lazare – « On devrait nous payer pour vivre ici ! »

Invasion de nuisibles, punaises de lit, pannes d’ascenseur à répétition, coupures d’eau chaude et pannes de chauffage pendant la vague de froid… Les habitants du quartier sont à bout et le font savoir.

Clos Saint-Lazare - « On devrait nous payer pour vivre ici ! » - Ville de Stains

« Nous avons vécu un véritable enfer », s’emporte Kaïna, habitante historique du Clos Saint- Lazare. Pendant la première quinzaine de février, une large partie des habitants du quartier mais aussi de la Cité-jardin ont eu la mauvaise surprise de constater que le chauffage central était coupé, eau chaude comprise. Pendant une dizaine de jours, alors que le mercure était descendu en dessous de zéro, les habitants ont dû se résoudre à enfiler parka et doudoune à leur domicile.

Malheureusement, il ne s’agit pas d’un incident isolé. Selon les habitants que nous avons rencontrés, cette panne de chauffage se produit chaque hiver depuis plusieurs années. Elle a poussé certains habitants à se mobiliser pour faire entendre leur voix auprès du principal responsable : le bailleur.

UN SENTIMENT D’ABANDON, DU MÉPRIS POUR SEULE RÉPONSE

Ainsi, Gaye Camara et ses camarades se sont rendus le 15 février dernier dans les locaux du bailleur pour une rencontre avec la responsable adjointe de la délégation de SSDH. Un échange « houleux » selon les participants et une promesse bien dérisoire : faire remonter l’information auprès des responsables. « Ils font mines de découvrir la situation alors que de nombreux habitants les avaient alertés par mail plusieurs jours auparavant », s’indigne Gaye fustigeant le mépris affiché par les interlocuteurs rencontrés ce jour-là.

Dès lors la solidarité et l’entraide se mettent en place : « On a appris à se débrouiller entre nous, à se serrer les coudes mais il faut les mettre devant leur responsabilité. » Après avoir sollicité plusieurs élus, ils sont reçus par l’adjoint au logement Gery Ngolo Dykoka, en présence de la référente de quartier et du maire. « Les habitants ont tout à fait raison de se mobiliser et nous sommes à leur côté. Nous constatons un manque de volonté manifeste de la part du bailleur, il faut que cela change ». Après l’intervention des élus, l’eau chaude et le chauffage ont été rétablis le lendemain.

« ON EST DES CITOYENS FRANÇAIS COMME LES AUTRES ! »

Reste que le compte n’y est pas. Depuis trop longtemps, les habitants du Clos se sentent stigmatisés, relégués à des citoyens de seconde zone. Malgré l’opération de réhabilitation d’envergure menée ces dernières années, de nombreux habitants pointent du doigt les difficultés persistantes : problème d’isolation, chaussée défoncée, invasion de nuisibles, dégradation des parties communes, stationnement anarchique, malfaçon dans certains logement… La liste est longue.

« On en a ras-le-bol, on devrait être payés pour vivre ici ! On est des gens pacifistes mais ça va finir par péter » prévient Gaye qui a entrepris avec ses camarades de recenser toutes les difficultés que rencontrent les habitants dans leur logement. Une pétition circule à ce titre et ils envisagent d’aller porter ces revendications au siège du bailleur à Bobigny très prochainement. « On va se faire entendre, on va s’organiser et on ira interpeller jusqu’au président Troussel s’il le faut. On utilisera toutes les armes légales ».

Pour Kaïna, « il y a du mépris pour le Clos de la part du bailleur parce qu’on est des descendants d’immigrés. On nous a appris à courber l’échine mais ça suffit ! On est là, on ne va pas partir, nous sommes des citoyens français comme les autres ».

• M.B

« Il faut que Seine-Saint-Denis Habitat respecte les droits des locataires » – Gery Ngolo Dykoka, adjoint au logement.

« Seine-Saint-Denis Habitat est un partenaire qui malheureusement ne prend pas ses responsabilités vis à vis de ses locataires et nous oblige à prendre des positions dures. Nous avons été interpellés par les habitants et nous avons rédigé des courriers aux responsables, dont Stéphane Troussel. Nous constatons un manque de volonté manifeste de la part du bailleur concernant les difficultés que rencontrent certains habitants et nous comprenons leur désarroi.

Nous ne vivons pas dans une tour d’ivoire, nous sommes des habitants de Stains et en tant qu’élus nous sommes aussi confrontés à ces difficultés. Il faut que les locataires nous signalent le moindre problème, le service hygiène et sécurité peut être mobilisé pour constater des défaillances.

Dans le cas de la panne de chauffage nous avons proposé aux habitants concernés la mise à disposition d’un gymnase et nous sommes prêts à les accompagner à Bobigny pour porter ensemble leurs revendications. Il faut qu’on avance main dans la main, Seine-Saint-Denis Habitat doit prendre ses responsabilités ».

« Notre objectif est de leur offrir un cadre de vie digne » – Clothilde Conrardy, directrice de l’agence stanoise SSDH

« Nous mettons tout en œuvre pour améliorer la qualité de service pour nos locataires. Nous sommes parfois confrontés à des actes de vandalisme et nous avons réagi en conséquence avec la mise en place de caméras de vidéo-surveillance. Concernant la présence de nuisibles, nous avons mis en place avec la régie de quartier toute une série d’actions pour résoudre ce problème.

Nos locataires ont plusieurs manières de nous contacter, l’agence est ouverte tous les matins, la loge du gardien l’après-midi. Nous avons également un centre d’appel et il ne faut pas hésiter à nous signaler au 3293 la moindre difficulté. Par ailleurs, nous avons une règle : tout locataire qui nous écrit reçoit une réponse en retour, par courrier.

Concernant les problèmes de chauffage constatés ces dernières semaines, nous avons effectivement connu des pannes sur notre réseau
de chaleur. Il faut cependant rappeler que nous sommes tenus de chauffer à 19° C. Nous avons contacté la direction technique et un audit complet des chaufferies sera réalisé. Depuis fin 2020, nous remplaçons progressivement les équipements relatifs à la distribution d’eau chaude.

Nous restons très vigilants sur ces questions et poursuivons nos efforts en termes de communication par l’affichage aux locataires sur la nature des travaux et les délais. Il n’est pas dans notre intérêt de laisser les locataires sans chauffage, notre objectif est de leur offrir un cadre de vie digne ».

Voir aussi

risus non in risus. libero. at id id, vulputate, dapibus quis