Clos Saint-Lazare – Mobilisation pour la réouverture de La Poste

Nouvelle action, samedi 12 février, pour la réouverture du bureau postal du Clos, fermé depuis fin décembre 2019, après l’agression d’un agent.

Une « sanction collective » qui dissimule un objectif de rentabilité, pointe le collectif d’habitants en première ligne avec la ville dans ce combat pour la préservation des services publics.

Clos Saint-Lazare - Mobilisation pour la réouverture de La Poste

Sur la porte vitrée du bureau de Poste du Clos Saint-Lazare, l’affichette commence à se décoller, mais son message n’a pas changé depuis plus de deux ans : « Notre bureau est fermé pour une durée indéterminée. » Cela fait maintenant depuis décembre 2019 et l’agression d’un agent que l’un des trois bureaux de poste de Stains a baissé son rideau. Un trop long bail… C’est le message qu’est venu lancer, ce samedi
12 février, devant les portes closes du bureau, le maire de Stains Azzédine Taïbi, relayé par la députée Marie-George Buffet : « Trop, c’est trop ! La sanction collective a assez duré pour les habitants du quartier. Nous demandons la réouverture du bureau du Clos Saint-Lazare. »

Pas question en effet de se contenter des dernières propositions de La Poste autour d’un guichet de différents services partagé avec un service postal : « Il y aurait derrière, une participation financière demandée à la mairie, ce serait alors une manière de faire payer les Stanois pour un service public auquel ils ont droit », pointe Azzédine Taïbi. Il est inenvisageable de faire disparaître un service public de cette façon. Nous ne pouvons pas laisser les habitants se faire mépriser de la sorte. »

Lesquels réunis dans un collectif -qui a déjà su fédérer plus de 1 000 personnes autour d’une pétition- ont décidé de ne plus subir la situation : « On va se battre pour tous nos anciens qui ont des difficultés à se déplacer, lâche l’une des membres du collectif. D’ailleurs, on se bat aussi pour tous les Stanois parce que le bureau de poste principal de Louis-Bordes n’a pas les effectifs suffisants pour absorber un nouvel afflux d’usagers. »

Un combat également soutenu par deux syndicats (SUD et la CGT) d’agents de La Poste : « Il est inacceptable qu’une entreprise, qui engrange toujours plus de bénéfices, continue de faire des économies sur le dos des usagers. C’est pour cela qu’on va continuer de se mobiliser aux côtés de la ville de Stains », promet ainsi Sonia Ambot, représentante CGT.

L’avis de passage des usagers mécontents est, en tout cas, déjà déposé : « Si la Direction départementale de La Poste ne nous entend pas, on ira beaucoup plus haut, a prévenu le maire de Stains. Il n’est pas question de laisser primer une logique de rentabilité au détriment de l’humain… ». Ainsi le maire propose de se déplacer jusqu’au siège régional de l’enseigne, qui a perçu 500 millions d’euros de l’État et qui ferme 250 bureaux par an. À suivre…

• FRED LAURENT

Voir aussi

vulputate, libero libero sem, sit adipiscing