Cinéma – Un film au cœur d’un sujet grave

Samedi 30 janvier, débutait le tournage de Vie ! le cinquième court métrage de Sadio Niakate, réalisateur stanois.

Cinéma - Un film au cœur d’un sujet grave - Ville de Stains

Souvenez-vous, de « J’aurai dû » une oeuvre qui avait reçu un très bon accueil de la part du public. Cette fois-ci, il a choisi un sujet d’actualité. C’est l’histoire d’un jeune qui se retrouve entrainé au milieu d’une rixe entre deux groupes rivaux, avec toutes ses conséquences. Mais, une seconde chance va s’offrir à lui.

Ce projet a pour but de faire de la prévention auprès du jeune public. Un scénario qu’il a écrit il y a plus d’un an. « J’ai connu ce phénomène et c’est important d’en parler, de tenter de comprendre, afin d’éviter ce genre de problèmes aux jeunes générations », insiste le jeune réalisateur.

Le mardi 16 février 2021, dans le cadre du Plan de lutte contre les violences, il participera à un échange en présence du maire, et Hasna Hussein, directrice de l’association de prévention de l’extrémisme violent, de 18 heures à 20 heures retransmise en direct via Zoom, Facebook live et Instagram live.

Le jour du tournage, l’équipe s’est donnée rendez-vous non loin du collège Joliot-Curie, sous le tunnel jouxtant l’établissement. Ils étaient une vingtaine de jeunes sous la direction de Sadio. Lorsque les badauds approchaient, l’image pouvait faire peur. Mais, ils ont rapidement été rassurés de voir que ce n’était que du cinéma. « Action, ça tourne ! Coupez, on va reprendre… », pouvait-on entendre sous l’édifice.

Cinéma - Un film au cœur d’un sujet grave - 2 - Ville de Stains

À travers son film Sadio veut sensibiliser : « Quand des jeunes se retrouvent dans ce genre de processus, il est important qu’ils comprennent qu’ils ont le choix de dire « non je ne veux pas participer à ce genre d’acte ». Les acteurs du film viennent des quatre coins de
Stains. Un point important pour le jeune réalisateur qui veut contribuer à créer du lien en cassant « ces frontières » qui séparent les différents quartiers.

Toutes les scène, ont également été tournées dans les rues stanoises que le réalisateur affectionne particulièrement
et qu’il souhaite mettre en lumière dans ses productions. Le public pourra découvrir ce court métrage fin février.

• R.H.

 

Voir aussi

ut neque. ut libero venenatis Donec mattis sit leo. accumsan sed