Cadre de vie – Une brigade au service des Stanois

Ils sont 11 à arpenter la ville chaque jour vêtus de rouge.

En plus d’assurer les traversées devant les écoles, saluer et sourire aux Stanois et participer à l’ensemble des gros évènements sur la ville, ils signalent tous les dysfonctionnements urbains qu’ils repèrent lors de leur tournée quotidienne. Reportage au cœur de la Brigade verte stanoise.

© Julien Ernst

Ce matin-là, pas de pluie, un beau ciel bleu mais un froid glaçant. « Peu importe la météo, nous allons assurer les traversées devant les écoles, puis nous retournons dans nos secteurs pour faire nos tournées en binôme ». Alexandre, notre guide du jour, est l’un des onze agents de la Brigade verte.

338 SIGNALEMENTS ONT ÉTÉ FAITS PAR LA BRIGADE VERTE SUR LE PREMIER TRIMESTRE 2022

David est à ses côtés du lundi au vendredi pour sillonner le périmètre centre-ville-Est. La ville est divisée en cinq secteurs. Quatre binômes pédestres et un autre mobile en véhicule se déploient sur Stains le matin et l’après-midi chaque jour de la semaine.

Retour rue Robert-Vignes. La marche commence. Les yeux et les têtes tournent en continu. Les deux hommes scrutent chaque mètre carré. « Cet endroit a déjà été signalé, le retour du service communal d’Hygiène ne devrait plus tarder », pointent-ils du doigt.

Devant nous, un terrain privé mais avec des poubelles débordantes et des déchets éparpillés à la vue de tous les passants. Quelques mètres plus loin : un scooter recouvert de ruban adhésif que les deux agents ont mis après avoir signalé le véhicule épave sur le trottoir.

« Là, c’est la Police municipale que nous avons prévenu », confient-ils. Les deux procédures pré-citées sont longues, car très réglementées. Mais quand la Brigade verte les signale en amont, quelques jours sont gagnés. Les « brigadiers » s’arrêtent net et sortent simultanément un téléphone portable. Des bris de verre sur le trottoir. « On le signale sur l’application de Plaine Commune, en charge de la propreté sur la ville, « Bien vu ».

Ce système, en fonction depuis quelques mois maintenant, que chaque habitant peut aussi utiliser, permet de suivre l’avancement de la résolution du problème. » Alexandre fait une photo et David double la demande d’intervention par un mail au service concerné directement. Même scénario face à une barrière enfoncée.

© Julien Ernst

Un peu plus loin, rue Gambetta, un amas de déchets est devant les grilles d’une entreprise. Cyrille, un autre brigadier, nous a rejoints. Mais, ce n’est pas lui qui va à la rencontre des salariés de l’entreprise. Alexandre se lance. La réponse : « Ce n’est pas nous. Nous avons de grandes bennes ici », ajouteront-ils. « Sans preuve, on peut juste signaler… », ce qu’ils font dans la foulée. Une armoire électrique ouverte, des nids de poule… les agents municipaux ne chôment pas ce matin, tout comme leurs collègues répartis dans leur secteur respectif.

Chaque rue de la ville est scrutée plusieurs fois par semaine. Pour le premier trimestre 2022, 336 signalements ont été faits sur « Bien vu », 91 autres (véhicules épaves, caddies, …) aussi. Retour auprès de notre trio qui tenait à expliquer leur rôle aux Stanois. Des encombrants sortis trop tôt, ils sonnent. Une dame répond. « Ça fait 6 jours qu’ils auraient dû passer. » « Madame, le ramassage des encombrants c’est un mercredi sur deux. Vos déchets ne peuvent pas rester sur la voie publique, rentrez-les, nous passerons vérifier », explique, patiemment, Alexandre.

Pour le moment, les agents ne font que de la prévention mais la municipalité souhaite se diriger vers une assermentation de la brigade pour sanctionner d’une amende les dépôts sauvages. L’équipe repart et, devant des branchages tombés d’un arbre, ressort les téléphones tout en ajoutant : « on nous sollicite aussi pour aller à la rencontre des Stanois demandant des places pour handicapés, des bornes ou plots anti-stationnement… »

En effet, quand un Stanois écrit au maire, la Brigade verte est mise en copie. Elle se charge alors d’aller à la rencontre des habitants pour appuyer ou compléter leur demande. « Nous voulons participer à l’amélioration du cadre de vie des Stanois, c’est notre mission et nous la prenons à coeur, » affirme le trio au nom de toute la Brigade verte stanoise.

© Julien Ernst

11 PRÉNOMS CEUX DE NOS BRIGADIERS

Jordan, Yamina, Serge, Loubna, Cyrille, Alexandre, Stephane, Sadio, Mounira, Jamal, et David en renfort pour quelques mois. Plus Nicolas, le responsable.

5 SECTEURS COUVERTS PAR LES BINÔMES

AVENIR – CENTRE EST – CENTRE OUEST – MOULIN NEUF, MONTMOUSSEAU, ALLENDE, LURÇAT-BOIN, BOIS MOUSSAY, MAROC, LA CERISAIE sont couverts par l’unité mobile qui fait les mêmes repérages mais ramasse des dépôts sauvages sur les espaces dépendants de la ville et les vélib abandonnés.

• CAROLE SAPIA

Voir aussi

consectetur mattis facilisis massa velit, commodo Lorem elementum ut sed fringilla