Budget Plaine Commune – Le maire demande au président « l’égalité »

Alors que l’Établissement public territorial (EPT) élabore son budget, le maire, Azzédine Taïbi, demande au président de Plaine Commune, Mathieu Hanotin, d’offrir à chaque habitant du territoire les mêmes droits, en corrigeant les inégalités existantes, notamment sur la ville.

Budget Plaine Commune - Le maire demande au président « l’égalité » - Ville de Stains

«Depuis plusieurs années maintenant, je dénonce le manque de moyens alloués aux unités territoriales de la ville. Qu’il s’agisse de propreté, de voieries ou encore de parcs et jardins, des disparités perdurent, écrit le maire de la ville au président de Plaine Commune. À Stains, nous n’avons que trop attendu pour être traité sur un pied d’égalité avec les autres villes du territoire. » L’édile, qui a des objectifs précis en tête, continue, arguments à l’appui, en citant des exemples.

PROPRETÉ, VOIRIE, PARCS ET JARDINS

En commençant par les moyens alloués à la propreté. Dans l’unité territoriale de Pierrefitte-Stains-Villetaneuse, les budgets sont identiques pour les trois villes. Pourtant, Stains a une plus grande surface, plus de kilomètres de voirie, plus d’habitants. Le maire enfonce le clou quand il évoque les villes du Sud du territoire qui par exemple ont toutes une laveuse (pour nettoyer les rues). Cette demande de prestation a été inscrite au budget. Elle doit être acceptée par principe, au moins d’équité, mais aussi du droit à la propreté, selon le maire.

Puis, Azzédine Taïbi s’attaque à un autre sujet : la vétusté des voiries de la ville. Lors de ses rencontres avec les habitants, les plaintes sont récurrentes. À la Brigade verte, on confirme. « Chaque jour, on le constate sur le terrain : chaussées bombées, nids de poule, fissures autour des arbres… ».

« Depuis plusieurs années, écrit l’élu, les grands projets de voierie sont principalement financés par nos crédits courants déconcentrés alors que d’autres villes possèdent un vrai plan pluriannuel. Vous conviendrez donc que Stains est fortement pénalisée sur sa stratégie de résorption des voieries vétustes (N.D.L.R. : dont un diagnostic est en cours) qui ne rentrent pas dans des plans de financements d’autres partenaires Anru, département… »

Et le maire finit sur un constat, « des différences perdurent entre les villes d’une même unité territoriale concernant les parcs et les jardins alors que Stains possède pourtant l’un des plus hauts ratios espace vert/habitant du territoire. »

DES DEMANDES PRÉCISES

Le courrier se termine par des demandes explicites du maire de la ville qui souhaite que le nouveau président de l’EPT prenne en compte ces disparités territoriales dès son premier budget, actuellement en élaboration. La création d’une enveloppe au Plan pluriannuel d’investissement (PPI) pour travailler la résorption des voiries vétustes, l’augmentation de crédits courants déconcentrés, notamment sur la propreté et la voirie, l’acquisition de moyens supplémentaires pour répondre aux besoins de la population en termes de propreté et de cadre de vie et la mise en place d’une véritable politique végétale et de l’arbre à l’échelle de la commune.

Le président de Plaine Commune, qui s’est engagé lors de son investiture à gommer les différences entre les villes du Nord et du Sud du territoire, a donc des propositions clés en main.

• C.S.

Voir aussi

ut sem, nunc porta. neque. adipiscing sit Aenean ut Donec vel, risus