Portrait – Les yeux dans les toiles de Francis

Francis est un artiste stanois tombé amoureux de la peinture depuis sa tendre enfance. Il vit sa passion avec une énergie créatrice incroyable. Pour Stains Actu, il se raconte.

Portrait - Les yeux dans les toiles de Francis - Ville de Stains

Francis, soixante ans, Stanois depuis 1961 a habité dans différents quartiers de la ville : le Clos Saint-Lazare, la Prêtresse, le Moulin-neuf. Il est un enfant de la ville. Aujourd’hui c’est rue du globe que l’on peut croiser ce petit bonhomme qui dégage une force tranquille. Sa voix est chaleureuse, sa manière de parler est directe, il exprime sa pensée sans détour. Très vite, il visse une casquette sur la tête, « la casquette ça fait peintre alors je la mets », lance-t-il avec un air rieur.

La première rencontre avec lui s’est déroulée lors du festival urbain en septembre dernier. L’artiste avait alors posé ses toiles place Marcel-Pointet. Sa mallette de travail, qu’il a lui-même customisé, attire le regard. Et très vite on plonge dans son art, le rendez-vous était pris. Quelques jours plus tard, Francis nous recevait dans son petit appartement. Dès l’ouverture de la porte, des toiles et encore des toiles.

Elles sont partout, dans le séjour, dans le couloir, sur les murs, derrière les canapés. Ce qui frappe c’est le nombre incroyable d’oeuvres. « J’en possède plus de 300 », dit-il avec le sourire qui le caractérise. Et de poursuivre : « Avant j’en avais encore plus mais un incendie a tout ravagé ».

LA PEINTURE DEPUIS L’ENFANCE

Francis est un peintre compulsif et cela dure depuis sa plus tendre enfance. C’est à la maternelle que sa passion prend forme. « Quand j’étais petit, j’ai sculpté un personnage en aluminium que j’ai peint par la suite. Cette réalisation a tout de suite eu du succès et j’ai même remporté un prix », se souvient-il. Ainsi est né ce plaisir de créer, de figer sur la toile ses émotions.

Depuis cette époque il n’a jamais cessé de peindre. Et le monsieur ne s’arrête jamais ; il est capable de se lever en pleine nuit pour laisser libre court à son esprit créatif. Francis peint sur tout ce qu’il trouve : bois, toile, mur, vitre etc…

C’est aussi le manque de moyens qui pousse cette âme artistique à utiliser tous types de supports, « les toiles et les peintures coûtent cher et je n’ai pas de grands moyens. Mais cela ne sera jamais un frein à ma passion. Lorsque je travaille, je suis dans ma bulle, c’est un véritable moment de méditation, mon esprit ne se consacre qu’à la peinture. Les soucis, les tracas, le monde et ses mauvais côtés disparaissent ou deviennent couleur », affirme-t-il avec force. Celles et ceux qui côtoient Francis disent que sa peinture est violente, habitée. Elle est véritablement le reflet des profondeurs de son être.

PEINDRE SON INTÉRIEUR

L’homme est un passionné et il souhaite partager son amour pour la peinture notamment avec les plus jeunes. La peinture est une passerelle vers la vie et les autres. Lors de ses escapades parisiennes, il rencontre les gens et cela permet à ses toiles de voyager dans les valises des touristes qui n’hésitent pas à saluer son travail. Le voyage c’est aussi l’un des grands rêves de Francis, « j’aimerai beaucoup devenir propriétaire d’une caravane et partir à la découverte du monde et bien évidemment peindre le monde », avoue-t-il les yeux plein d’étoiles et le sourire rêveur.

La peinture n’est donc jamais loin, bien au contraire, elle habite dans l’esprit de Francis. Elle est son moyen de transport. A travers elle, il voyage. Il se met dans sa bulle pour figer ses pensées vagabondes. « Parfois, il m’arrive de me lever en pleine nuit, descendre dans la rue pour ramasser des planches de bois ou autre et remonter pour leur donner des couleurs. Mes tableaux sont parfois le résultat de plusieurs couches de peinture et à chaque fois, mes créations prennent vie ».

De la passion, du plaisir de créer cela définit assez cet homme qui aime tant habiller le vide de couleurs pleines de vie et d’énergie.

• R.H.

Les Stanois qui ont des pinceaux, des toiles, de la peinture peuvent faire des dons à l’artiste pour lui permettre de continuer à vivre sa passion. (À déposer à la galerie Taches d’Art au 6 rue Jean Durand.)

Voir aussi

elit. pulvinar diam eleifend Donec commodo massa