La médecine de ville continue durant l’épidémie

Médecins généralistes, kinés, infirmières ou pharmacies… Les professionnels de santé libéraux maintiennent leur activité. Un rôle vital aussi bien pour traiter l’afflux de personnes infectées au Covid-19, que pour traiter toutes les maladies au quotidien.

« Les gens doivent continuer de se soigner. Sinon nous risquons de découvrir des malades dont l’état s’est aggravé durant le confinement. » C’est le cri d’alerte d’un médecin généraliste, le docteur François Rousset. Installé à Stains depuis 30 ans, le président de l’association des professionnels de santé note en effet une baisse d’activité, pour son propre cabinet comme chez l’ensemble de ses confrères. Une baisse préoccupante.

« Les patients peuvent consulter sans risque »

« Les professionnels libéraux poursuivent leurs activités de soin comme d’habitude, constate le Dr Rousset, pour tous les patients chroniques comme les malades occasionnels. » Les freins à la consultation sont connus. Les gens craignent de se faire contaminer en cabinet ou pensent que leur maladie peut attendre vu la gravité de l’épidémie. « C’est bien sûr une bonne chose d’être prudent face au Covid-19, insiste le médecin, mais les professionnels ont adapté leurs pratiques pour permettre aux patients de les consulter sans risque. »

Un nombre limité de personnes en salle d’attente. Des consultations sur rendez-vous. Des visites à domicile pour les personnes âgées souffrant de plusieurs affections. Des téléconsultations. Et un suivi spécifique des cas de Covid-19. Le docteur Rousset rappelle que « le médecin généraliste est le médecin de premier recours. Il a en outre un rôle de régulateur. »

« Le médecin généraliste reste le premier interlocuteur »

« Pour l’instant, tous les soignants libéraux assurent leur service », indique le Dr Rousset. Et de rappeler leur rôle vital pour maintenir l’accès classique à la santé comme la prise en charge de l’épidémie : « Imaginez si une pharmacie fermait ses portes… Qui pourrait donner autant de premiers conseils et approvisionner les habitants en médicament ? »

Dans les EPHAD,  les médecins généralistes visitent et traitent les patients. À domicile, les infirmières libérales continuent les soins. Et les kinésithérapeutes assurent par exemple la kiné respiratoire… Bref, la médecine de ville joue un rôle décisif, car elle participe à la continuité des services de santé et de l’offre de soins. Notamment auprès des personnes les plus fragiles. N’hésitez pas à les solliciter.

Les Séquanodionysiens victimes des inégalités de santé

La Seine-Saint-Denis est un des départements les plus touchés par la hausse de la mortalité. Plus de 1 600 personnes sont mortes du Covid-19, depuis le 1er mars. En cause, un département sous doté. Le 93 compte en effet trois fois moins de lits de réanimation que les Hauts-de-Seine. 37 villes sur 40 sont déclarées déserts médicaux par l’ARS. D’autres facteurs aggravent la situation.

Plus de logements exigus et de familles nombreuses. Plus d’habitants qui occupent des métiers exposés comme les infirmières, les livreurs, les caissières, les agents d’entretien et de sécurité, les intérimaires… Des cas d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires plus nombreux que dans les autres départements.

Et des populations fragilisées qui consultent moins les médecins, faute de moyens. Bref, la pandémie constitue un révélateur cruel des inégalités sociales et territoriales. Reste que le confinement s’impose comme le seul moyen de se protéger.

INTERVIEWS

Interview du Docteure Tran, médecin généraliste en ville et présidente de l’Amicale des médecins :

« Avec nos confrères, nous assurons depuis le début de cette crise sanitaire nos consultations. Nos cabinets ont été modifiés pour éviter des contaminations. Par exemple, pour ma part, je donne une heure de rendez-vous précise à mes patients, personne ne se croise. Je ne fais pas de téléconsultation mais certains de mes confrères si. En tous cas, n’hésitez pas à solliciter les professionnels de santé libéraux. Nous répondons présents. On sait qu’on prend des risques, deux médecins généralistes de la ville ont été touchés par le Covid, mais c’est notre métier, notre vocation. Il n’y a pas que le Covid durant l’épidémie de Covid. »

 

Interview  du Docteure Couet, pharmacienne en ville, et secrétaire de l’Association des professionnels de santé :

« A Stains, nous avons la chance que les professionnels de santé travaillent ensemble depuis de longues années. Nous avons un bon réseau. Organisé. Solidaire. Les Stanois peuvent compter sur nous. Et ne doivent surtout pas hésiter à nous solliciter. Covid ou pas, vous ne nous dérangez pas. On est là pour vous. Il faut continuer à se soigner. Ne pas interrompre vos traitements. Par exemple, les pharmacies de la ville proposent toutes des livraisons, les infirmières continuent leur suivi, les médecins ont réorganisé leur cabinet… Contactez-nous ! »

 

CMS et médecins libéraux, un rôle complémentaire

Face à la situation sanitaire en Seine-Saint-Denis, la préfecture rappelle le rôle central du médecin traitant. Pour autant, l'Agence régionale de santé soutien et encourage les centres ambulatoires de consultation « COVID ». C’est le cas du Centre municipal de santé-Colette Coulon de Stains.

Le CMS a constitué une unité de consultation dédiée aux malades du Covid-19. Et non au dépistage du virus. L'accès y est simple : il suffit de contacter le 06 27 03 15 63. Les consultations sont gratuites pour l’usager.

Et la préfecture de rappeler que ce dispositif complète l’offre de soins habituelle : pour « prendre en charge plus tôt, les personnes qui ne peuvent trouver de réponse auprès de leur médecin ». Le médecin traitant reste le premier interlocuteur face au risque de COVID.

Une urgence dentaire ? Appelez !

L’ordre national des chirurgiens-dentistes conseille de contacter son dentiste habituel en cas de besoin. A défaut, un numéro dédié aux urgences bucco-dentaires a été mis en place : le 09 705 00 205.

Au demeurant, le service dentaire du CMS Colette Coulon assure une permanence téléphonique pour les urgences dentaires du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 17h30. Contact : 01 49 71 82 06.

Les kinés mobilisés

Votre kiné habituel ne répond pas au téléphone… Pour satisfaire les soins à domicile Covid et non-Covid, le conseil de l’ordre régional des kinésithérapeutes a créé une plateforme de référencement.

Le site monkineidf.fr recense les professionnels disponibles pour les soins à domicile et les pathologies prises en charge.

L’Union régionale des professionnels de santé kiné a de son côté étendu à ses adhérents le site de prise de rendez-vous inzee.care pour prendre en charge les demandes urgentes.

Voir aussi

leo non Aliquam ut at fringilla tempus elit. dolor luctus facilisis Nullam