ÉGALITÉ RÉPUBLICAINE

« Nous allons au tribunal »

Les 23 mesures du plan présenté par le premier ministre le 31 octobre dernier n’ont pas convaincu grand monde en Seine-Saint-Denis… À l’image des cinq maires, qui dénoncent depuis des mois les manquements de l’État, et qui persistent dans leur démarche de demander réparation. Prochaine étape : le tribunal administratif.

La date fatidique du 7 novembre est arrivée. Cinq maires, dont Azzédine Taïbi, attendaient une réponse de l’État après l’envoi de leur demande préalable d’indemnisation pour « sa carence fautive à remplir ses obligations en Seine-Saint-Denis ». Deux mois plus tard, ils n’en ont pas eu. Le premier ministre imaginait peut être que ses 23 mesures de « L’ État plus fort en Seine Saint-Denis » contenteraient les édiles… C’est tout le contraire.

« Ces annonces sont hors sujet » répond le maire de Stains, au regard d’un département qualifié de « hors normes ». « Plusieurs annonces sonnent comme des petites avancées pour nos habitants, mais rien ne permet encore de penser que l’État va enfin assurer, de manière structurelle et pérenne, l’égalité de traitement et le droit commun pour tous. » Une prime de 10 000 euros pour fidéliser les fonctionnaires paraît louable, mais ne répond pas aux difficultés exacerbées rencontrées par les professeurs. Le Snu-ipp 93, syndicat des professeurs des écoles, s’inquiète : « Les 23 mesures annoncées par le premier ministre sont insuffisantes pour la Seine-Saint-Denis et ne répondent pas à l’urgence du territoire. Nous attendons aussi des annonces sur l’Éducation prioritaire. Si 300 écoles classées REP dans le 93 devaient perdre leur label, pour conserver uniquement 200 écoles en REP + quel poids garderait ce « plan » pour notre département ? » Un département où les parents se sentent obligés d’organiser des États généraux de l’Éducation pour se faire entendre.

DÉSHABILLER PIERRE POUR HABILLER JACQUES

De même, glisser que des « investissements massifs » seraient déjà réalisés dans la perspective des Jeux Olympiques parait déconnecté du quotidien des Séquanodionysiens. Exemple, sur les 70 millions d’euros attendus pour rénover trois secteurs de la ville de Stains, l’Anru ne débloquera que 40 millions d’euros… Autre élément dénoncé dans ce « plan » : le saupoudrage. Par exemple, 150 policiers de plus pour un département de plus d’1,6 millions d’habitants, qui souffre de sous effectifs chroniques depuis de nombreuses années… C’est pourquoi les maires d’Aubervilliers, de Bondy, de L’Isle Saint-Denis, de Saint-Denis et de Stains refusent d’abandonner leur procédure, suite à ces annonces du gouvernement. Leurs arguments se renforcent même, car ce plan est une reconnaissance des défaillances régaliennes de l’État. « Le recours indemnitaire que nous avons engagé contre l’État, appuyé par la mobilisation des députés, a fait réagir le gouvernement. Il faut confirmer l’essai, nous allons donc au Tribunal administratif pour continuer notre action juridique ! Les quartiers populaires sont laissés à l’abandon depuis des décennies. On ne peut pas prôner « l’égalité des chances » tout en laissant perdurer, sciemment les inégalités et les injustices. Nous exigeons l’Égalité républicaine ». À suivre donc.

Carole Sapia

Voir aussi

leo. sem, Donec ante. quis Phasellus ultricies id,